Francis Sama Asanga est décédé le 8 juin 2020 à Yaoundé des suites de maladie.

Par Jenner Onana

Me Francis Asanga Sama

Une bibliothèque juridique vient de brûler . L’ancien bâtonnier Francis Sama Asanga (2012-2015) est mort aux premières heures de la matinée du 8 juin 2020, des suites de maladie dans la clinique le Jourdain à Yaoundé. Il était âgé de 62 ans. « Je suis dévasté ». En trois mots, le bâtonnier des avocats du Cameroun exprime son émotion devant la disparition de son ancien collègue. Joint au téléphone, Me Charles Patie Tchakounte peine à trouver les mots après l’annonce du décès de cet ancien bâtonnier.

Francis Asanga Sama est élu bâtonnier le 15 août 2012 avec un total de 252 voix. Ceci au cours d’un scrutin qui l’opposait aux Me Jackson Ngnie Kamga, Junior Eta Bessong (bâtonnier sortant) et Charles Njualem respectivement arrivés en deuxième, troisième et quatrième positions avec respectivement 226, 182 et 5 voix. Né dans un village de Baba II, dans l’arrondissement de Santa, département de la Mezam, région du Nord-Ouest, ce fils d’enseignant est par ailleurs neveu du chairman du Social Democratic Front(SDF), John Fru Ndi. Il devient par la suite le conseiller juridique de ce dernier à partir en 1990, après la création du SDF le 26 mai de la même année.

Dans un communiqué signé du ministre de la communication du Shadow cabinet de cette formation politique, Jean Robert Wafo a annoncé que le “parti de la balance” vient de perdre un de ses piliers. « Un décès survenu ce lundi 8 juin 2020[hier, ndlr] à 8h51 minutes dans un contexte proche de la crise sanitaire actuelle », a-t-il indiqué. Ce « disciple de Thémis », souvent sous le feu des projecteurs lors des manifestations des avocats d’expression anglaise à Bamenda en 2016, débute ses études à l’école publique de Bamenda Station, dans la région du Nord-Ouest. Il en sort nanti de son First school living certificate, équivalent du Certificat d’Etude primaire (Cep) dans le système anglo-saxon.

En 1974 Me Francis Sama Asanga décroche son Certificate of Education Ordinary Level (équivalent du Brevet d’étude premier cycle) au Sacred Heard college de Mankon. Il est contraint de quitter cet établissement qui l’a accueilli cinq ans  plus tôt comme élève en from I. Motif, à cette époque, le collège n’a pas un cycle secondaire. Il poursuit par la suite ses études au lycée bilingue de Bambili. Il y obtient son Gce A Level (equivalent du baccalauréat), puis s’inscrit à l’Université de Yaoundé où Il ressort en 1981 avec une licence en droit privé.

Avocat
En 1982, Me Francis Sama Asanga intègre le cabinet de l’ancien bâtonnier Luke Sendze en novembre 1982. Trois ans après, il prête serment le 10 octobre 1985 à la cour suprême de Yaoundé. Un acte qui scelle son contrat avec le barreau du Cameroun. De fil en aiguille, il crée son propre cabinet d’avocat en 1987. Hanté par la recherche continue du savoir et un amour pour la presse, il s’en vole pour les Etats-Unis d’Amérique en 2004. Il y fait une spécialisation en droit des medias à l’Université d’Oxford.
Sur le plan professionnel, le bâtonnier Francis Sama Asanga a marqué d’une empreint indélébile l’avocature qu’il aimait bien. Outre son élection comme bâtonnier, il a été tour à tour membre du conseil de l’ordre pendant trois mandats ; représentant du bâtonnier dans la région du Nord-Ouest, deux mandats durant ; formateur national des avocats stagiaires (trois mandats) et formateur-expert en loi Ohada  Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires) pour le compte de l’un des programmes de l’Union Européenne.

Le juriste a aussi su se faire une place au soleil dans le domaine des arts. Ceinture noire, quatrième dan en karaté Shotokan. Il a d’ailleurs été le président de la ligue régionale de la Fédération camerounaise de Karaté dans la région du Nord-Ouest. Maître en droit et maître en art martiaux, c’est donc un homme qui a su manier à la fois la loi et les arts qui s’en va.

 

 

Leave a Comment