Le recteur de cette institution académique  parle en partie du désengorgement de l’Université.

Maurice Aurélien Sosso invite les responsables des établissements placés sous la tutelle de la structure dont il a la charge à respecter la limite de 50 personnes par salle de classe.

Par Florentin Ndatewouo

Université de Yaoundé I face au défi relatif à la limitation à 50 par amphitéâtre, du nombre d’apprenants.

 

Renforcement de la lutte intra-muros contre le coronavirus grâce au  relèvement du niveau de sécurité sanitaire au sein des campus universitaires ; « l’organisation en tant que de besoin, des campagnes de dépistages au sein de la communauté universitaire en cohérence avec les programmes élaborés à cet effet par le ministère de la Santé publique. » Tels sont, entres autres, les principes de base devant orienter la stratégie de lutte prévue par l’Université de Yaoundé I. Ces principes visent à encadrer la reprise des cours le 1er juin prochain à l’Université de Yaoundé I, en fonction de l’évolution de la pandémie du covid-19. Le professeur Maurice Aurélien Sosso, recteur de ladite université a, dans un communiqué radio-presse en date du 26 mai dernier, prescrit : « le désengorgement de l’Université  indispensable à la reprise en toute sécurité sanitaire des activités académiques en présentiel. Il s’agira donc, d’une reprise alternée et séquencée afin qu’en aucun cas, les capacités d’accueil de l’Université de Yaoundé I ne soient débordés et les mesures barrières préventives, notamment de distanciation sociale, spoliées. » A cela s’ajoute « l’introduction de l’éducation sanitaire orientée vers une meilleure connaissance de cette pathologie afin d’améliorer l’appropriation des mesures barrières édictées par le gouvernement. »  

 Masters et doctorats

Les responsables des établissements placés sous la tutelle de cette université sont appelés à aménager les salles de classe afin qu’elles puissent accueillir les apprenants dans les limites n’excédant pas 50 personnes. « En ce qui concerne les facultés classique, elles sont autorisées, conformément aux prescriptions gouvernementales, à démarrer leurs activités en présentiel dès lundi 1er juin 2020 au cycle D (séminaires et soutenances de thèse de doctorat) et au niveau M2 (séminaires et soutenances de mémoire master) ».

Au sujet des étudiants en position d’alternance, en l’occurrence ceux dont les terrains de  stage présentent des risques élevés d’infection au covid-19, « les mesures antérieures suspensives de leur présence en terrain d’apprentissage demeurent valides, notamment pour ceux des apprenants n’ayant pas d’activité essentielle dans  les lieux de stage. »

Le professeur Maurice Aurélien Sosso précise que les enseignements en master niveau I et cycle licence  feront « l’objet des mesures spécifiques ciblées, compatibles avec l’application  des dispositions préventives de lutte contre le covid-19 qui seront rendues publiques en tant que de besoin, en fonction de l’évolution de la pandémie. »  Ces mesures d’encadrement font suite à celles prises le 17 mars de l’année en cours. Lesquelles mesures ont en partie prescrit la suspension des cours en présentiel au profit du numérique éducatif, à travers  de la création des amphithéâtres virtuels.

2 Comments

Anonyme

Plus de quelques jours pour la rentrée. On verra bien ce que ça va donner.

mai 28, 2020 - 11:05 Répondre

Florentin Ndatewouo

Je suis également impatient de voir la tournure que prendra la suite des événements.

mai 28, 2020 - 11:05 Répondre

Leave a Comment