Alain Fogue, trésorier national du Mrc a cependant été entendu hier 15 mai à la direction de la police judiciaire.

Suspicion de blanchiment de capitaux, escroquerie  du peuple camerounais, sont entres autres, les infractions pour lesquels, il a déféré à la convocation à lui adressée par le commissaire divisionnaire, Dili Jacques.

Par Florentin Ndatewouo

Alain Fogue , trésorier national du Mrc, et Christian Penda Ekoka, chef du comité de gestion de Survie-Cameroon

Christian Penda Ekoka ne sera finalement pas entendu ce vendredi 15 mai. Initialement prévu ce jour, à la direction de la police judiciaire (Dpj) de Yaoundé, l’audition du président du comité de gestion de l’opération humanitaire Survie-Cameroon-Survival-Initiative (SCSI) a été renvoyée à une date ultérieure.

Alain Fogue a cependant été entendu hier 14 mai à la Dpj. Muni de son cache-nez, arborant fièrement un T-shirt de couleur bleu, sur lequel est inscrite la mention « où sont passés les 32 pv ?? », le trésorier national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) dégage un air de sérénité à la sortie de l’audition. Détendu comme à l’accoutumée, il se refuse de prendre la parole, et laisse le soin à son conseil de s’exprimer : « les trois infractions pour lesquels le professeur Fogue a été entendu sont : la suspicion de blanchiment de capitaux, une infraction bizarre ; la deuxième infraction c’est l’escroquerie  du peuple camerounais, et la troisième, le financement de la résistance aux institutions de la République…» énonce Me Hippolyte Meli, dans une vidéo réalisée par Olivier Bibou Nissack,  porte-parole de Maurice Kamto. A sa suite, Me Emmanuel Simh, lui aussi avocat de Alain Fogue ironise : « Je dois dire qu’on apprend tous les jours », affirme-t-il d’entrée de jeu. « On nous a déroulé au cours de cette enquête des infractions qui n’existent nulle part dans le code pénal, notamment l’escroquerie à un peuple. Je n’ai jamais entendu cela avant… J’ai demandé à nos enquêteurs de nous dire à quoi ces faits-là renvoie dans le code pénal, et jusqu’à la fin, on n’a pas pu nous dire quelles sont les infractions visées par ce que nous avons entendu. » A-t-il développé.

Etonnement

Le troisième vice-président du Mrc relève par ailleurs que, « le plus important c’est que nous menons des actions humanitaires, et nous allons continuer. On n’a tué personne, on  a rien volé, on a commis aucun crime que la loi réprime, et je pense que c’est pour cette raison que notre client est rentré absolument libre, il n’a pas été gardé à vue. »

L’audition du professeur Alain Fogue interroge également le porte-parole de Maurice Kamto : « Au demeurant, si toutes ces infractions étaient même présentes dans le code pénal, comment ne pas s’interroger sur leur non application par la police judiciaire camerounaise au scandale des milliards envolés dans la foireuse organisation de la Can (Coupe d’afrique des nations) avortée de 2019 ? » Olivier Bibou Nissack ne rate pas l’occasion d’établir un lien avec l’élection présidentielle du 07 octobre 2018. «  Comment la direction de la police judiciaire n’a-t-elle pas jugée utile d’enquêter « minutieusement » sur ces affaires et même celle des faux observateurs de Tansparency international venus accréditer de faux résultats électoraux à l’occasion de l’élection présidentielle de 2018 ? D’où sont venus les fonds ayant financé leur arrivé et leur séjour chez nous ? Qui étaient les commanditaires de ces forfaits ? »

Alain Fogue a été entendu après la lettre-convocation à lui adressée par le commissaire divisionnaire, Dili Jacques, directeur de la Dpj, le 13 mai. Son audition a duré 7heures de temps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4 Comments

Anonyme

Intéressant !

mai 15, 2020 - 9:50 Répondre

Florentin Ndatewouo

Merci bien

mai 15, 2020 - 9:50 Répondre

Anonyme

🤩du courage mon frère et que Dieu puisse t’accompagner et te fortifier dans ton projet

mai 15, 2020 - 9:50 Répondre

Florentin Ndatewouo

Merci bien.

mai 15, 2020 - 9:50 Répondre

Leave a Comment