Ils ont barricadé la route au lieudit « entrée cité verte » pour protester contre les interpellations des forces du maintien de l’ordre, qui ont par la suite cédé.

Après avoir constaté un relâchement relatif au respect des mesures barrières prescrites par le gouvernement, dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, le préfet du département du Mfoundi a fixé la date du 14 mai pour la reprise des contrôles.

Par Florentin Ndatewouo

Mouvement d’humeur des motos taxi Yaoundé/14/05/2020

Le lieudit « entrée cité verte » est le théâtre d’un mouvement d’humeur. Ce jeudi 14 mai, des conducteurs de motocycles en provenance des quartiers « Madagascar », « Carrière », sont progressivement interpellés à leur passage par les forces du maintien de l’ordre. Le motif porte essentiellement sur la surcharge. A cet effet, les contrevenants sont sommés de faire descendre le surplus de passagers pour respecter la mesure de distanciation sociale. C’est ainsi qu’aux environs de 08h30mn, les mototaximen vont exprimer leur colère. Ils se servent de leurs engins pour barricader la route. Pendant un moment, la circulation est bloquée, et l’embouteillage prend place. Les passagers dans les taxis s’impatientent, et les forces du maintien de l’ordre finissent par céder.

Cependant, les éléments de la brigade de Yaoundé 5ème arrondissement ne lâchent pas prise. Ils filtrent le passage des mototaximen. A l’arrière du pick-up stationné à quelques mètres de l’entrée principale du Centre hospitalier universitaire (Chu), se trouve un jeune interpellé, assis sur une banquette. « Demandez à votre passager d’arborer son masque sinon, je vais le faire descendre de ce véhicule », intime un policier au conducteur de taxi.

Débits de boisson

Le non-respect des mesures de distanciation sociale est également manifeste dans les espaces commerciaux tels les bars. Dans un débit de boisson situé à quelques mètres du secrétariat d’Etat à la défense (Sed), on note que la proximité entre les consommateurs n’est pas de nature à tenir la distance d’un mètre d’écart. Le port des caches nez y est facultatif.

Les contrôles exercés par les forces de maintient de l’ordre ce 14 mai font suite à un arrêté signé le 12 mai dernier par Jean Claude Tsila. Dans cet arrêté, le préfet du département du  Mfoundi annonce la reprise dans son territoire de commandement, des contrôles visant le respect des mesures barrières prescrites par le gouvernement. La sortie du préfet du département du Mfoundi fait suite au constat du relâchement dont fait montre les populations, suite à l’annonce le 30 avril par le premier ministre, Joseph Dion Ngute, des mesures d’assouplissement. Parmi ces mesures, « l’ouverture au-delà de 18 heures, des débits de boisson, des restaurants et des lieux de loisirs, avec obligation pour les clients et usagers de respecter les mesures barrières, notamment le port du masque de protection et la distanciation sociale ; la levée de la mesure réduisant le nombre réglementaire des passagers dans tous les transports en commun par bus et taxis. »

Au regard de la résistance observée, force est de constater que  l’arrêté du préfet du département du Mfoundi s’avère être un coup d’épée dans l’eau.

 

 

2 Comments

Anonyme

Bon recoupage d’information

mai 14, 2020 - 7:44 Répondre

    Florentin Ndatewouo

    Merci bien

    mai 14, 2020 - 7:44 Répondre

Leave a Comment