Il commence avec la signature par le ministre de la liste des personnes bénéficiant des actes de recrutement.

Le recrutement frauduleux des 156 dossiers ne concernent que la catégorie des décisionnaires, d’après  Souaibou Bah Abdoulaye, responsable de l’équipe commis à cette tâche.

Par Florentin Ndatewouo

composition des dossiers pour le recrutement de 1000 instituteurs/12/2018 (Creative Common)

 

Dans le cadre du recrutement des ex temporaires de l’administration, il a été crée au sein du ministère de la Fonction publique et de réforme administrative (Minfopra) un comité ad-hoc. D’après Marius Zanga, responsable du secrétariat technique à l’époque des faits, « ce comité est composé de trois instances : le comité de pilotage présidé par le ministre de la Fonction publique, assisté du ministre des Finances (Minfi), les membres représentant diverses administrations. La deuxième instance est le comité technique présidé par l’inspecteur général, et la 3ème  le secrétariat technique, organe opérationnel. »Au sein du secrétariat technique, il est mis sur pieds différentes équipes de travail,

 

auxquels des activités spécifiques, encore appelées privilèges, sont confiées. Pour mener à bien ces activités, chaque responsable d’équipe dispose d’un profil dans l’application Sigipes (Système informatique de gestion intégrée des personnels de l’Etat et de la solde). L’accès à ce profil est conditionné par un mot de passe, détenu par le responsable de chaque équipe.

Le travail attribué à l’équipe dirigée par Monsieur Souaibou Bah Abdoulaye consiste à « collecter les dossiers, envoyer les actes de recrutement, évaluer le suivi du traitement de ces différents dossiers jusqu’au processus d’immatriculation», décrit-t-il.

D’après ce dernier, le processus de recrutement est déclenché par la signature par le ministre de la Fonction publique (Michelle Ange Angouing à l’époque des faits ndlr), de la liste du personnel éligible à la contractualisation. « Sur la base de cette liste, l’équipe chargée de l’élaboration des actes de recrutement transmet les dossiers à l’équipe chargée du contrôle juridique avant qu’on invite l’intéressé à venir signer son contrat. Ensuite, on les fait parvenir au guichet unique pour les visas des services du premier ministre, du ministère des Finances, et du ministère du Travail et de la Sécurité sociale. »  Après l’apposition des visas, les dossiers sont signés par le ministre de la Fonction publique avant d’être soumis à la division informatique pour l’immatriculation.

Pour les actes de recrutement, on distingue deux catégories : les décisionnaires, qui vont de la première à la 6ème catégorie, et les contractuels, qui vont de la 7ème à la 12ème catégorie.

Le chargé d’études assistant à la division de la discipline et du contentieux du ministère de la Fonction publique et de la réforme administrative (Minfopra), précise que  « les décisionnaires ne sont  soumis ni à la signature, ni aux visas des services du premier ministre et du ministre du travail et de la sécurité sociale. Mais, ils le sont pour ce qui est du ministre des Finances. »

Au sujet du recrutement frauduleux de 156 personnes, seul la catégorie des décisionnaires est concernée. Monsieur Souaibou Bah Abdoulaye confirme que tout le processus de recrutement des décisionnaires se passe uniquement au Minfopra. Dans le cadre  des recrutements pour la catégorie des décisionnaires, il note que,  chaque équipe de travail procède au contrôle à son niveau. Ceci à l’aide de deux supports : la liste des personnes éligibles signée du ministre ; et la liste de l’authentification de faux diplômes. Chaque chef d’équipe est chargé de vérifier les documents.

 

Leave a Comment